d'Emma-Jane Kirby.

Lire là où c'est tout joli et bien rangé

 

L'opticien plante ses ongles dans la peau noire et visqueuse pour hisser le garçon à bord. De sa vie, il n'a jamais serré aussi fort la main de quelqu'un.

lopticiendelampedusaImpeccable, irréprochable, c'est ce qu'on se dit en posant avec émotion ce livre. C'est une histoire vraie, des paroles collectées par Emma-Jane Kirby, journaliste à la BBC. Mais ce témoignage, elle en a fait un livre, un roman. Le procédé pourrait être discutable, le résultat ne l'est pas. L'opticien de Lampedusa frappe juste.

Cet opticien donc, petit commerçant de son état, en fin de carrière, qui aime l'ordre et la précision, se trouve, avec sa femme et des amis, au coeur d'un drame absolu, le naufrage d'un bateau de migrants essayant de rejoindre les côtes de Lampedusa. Ils sont en mer, au petit matin, entendent des cris, imaginent des mouettes, découvrent des centaines d'hommes et de femmes, surtout des hommes, luttant contre la noyade. Ils en sauvent quarante-sept, sont contraints de s'arrêter là.

Ce qui intéresse Emma-Jane Kirby, au-delà du drame en lui-même évidemment, c'est la gestion intime de ces faits par ceux qui les ont vécus, les chambardements intérieurs qu'ils ont provoqués sur l'opticien et ses proches. Parce qu'il aura fallu à l'opticien d'être sur ce bateau pour comprendre et pour voir. Voir les migrants au-delà de silhouettes au bord de la route, au-delà de la baisse du tourisme qu'ils engendrent, voir et comprendre leur détresse, leur courage.

Il n'y a pas grande analyse politique apparente dans ce texte, au style sobre et lumineux, mais une volonté humaniste de donner à ressentir et à voir. Sans débordement, sans leçon, de manière factuelle et épidermique, l'auteur choisit la voie du vécu et du sensible, en évitant tout mélodrame. L'équilibre n'était pas évident à trouver et c'est par son écriture précise qu'Emma-Jane Kirby réussit à l'atteindre. L'opticien de Lampedusa constitue une véritable oeuvre littéraire, juste et touchante qui nous dit, avec subtilité, ouvrons les yeux.

Ed. Équateurs
Trad. Mathias Mézard