de Julien d'Abrigeon.

Lire sur le blog bien rangé et tout propre.

Et qu'il n'y a que moi, ce soir, comme tous les soirs, pour prendre la radée.
C'est la loi du travail, la vie qui travaille.

sombreauxabordsC'est la France des sous-préfectures, des départementales, des périphéries et des zones commerciales, la France des mobylettes et des garagistes, celle où lorsque tu es ado, le BTS tourisme ou comptabilité constitue l'horizon de la réussite suprême, où tu traînes tes guêtres dans le bar pourri en face du lycée, où ta plus grande ambition est de rouler ta première pelle. Ce sont les habitants de cette  France dont on ne parle pas en littérature que Julien d'Abrigeon choisit de nous raconter au travers de dix textes rythmiques et percutants, organisés comme des chansons sur les deux faces d'un vinyle.

-Tu vis ici ?
-Non, j'y habite.

On est un monde de transition entre la ville et la campagne, entre les banlieues industrielles et les lotissements sécurisées, peuplé d'êtres en transition, entre l'adolescence et la vie adulte, entre l'honnêteté et la délinquance, entre la vie et la mort, au moment où tout bascule, où la route dévie, où la décision est prise que c'en est assez de toute cette merde, et que, peut-être on a droit à autre chose.

Texte d'impressions et de musique, long poème en prose éclatée, Sombre aux abords se lit à voix haute, pour faire se percuter les mots, s'entrechoquer les consonnes. Il n'y a pas de confort dans cette langue de la collision, pas de rédemption possible, pas de lumière en vue, juste l'aveuglement du désespoir. Si, dans les thèmes qu'il brasse, Julien d'Abrigeon creuse la rupture, l'équilibre brisé, la faille qui s'ouvre, il réussit à tracer des passerelles étonnantes entre ses différentes influences (citées à la fin du livre et auxquelles j'ajouterais le maître Claro dans ses textes les plus fous), des influences superbement hétéroclites, souterraines et surtout jamais envahissantes. Pas de doute, c'est un très très beau texte.

Ed. Quidam Editeur