Racines

18 septembre 2016

Chronique livre : Les nouvelles métropoles du désir

d'Eric Chauvier.

Lire sur le blog bleu.

lesnouvellesmetropolesVous qui entrez dans ce livre, laissez toute espérance ! Grande amatrice des errances psycho-socio-géographico-lexicalo-péri-urbaines d'Eric Chauvier, me voilà toute bousculée par ce texte sans pour autant pouvoir mettre immédiatement le doigt sur ce qui m'effraie à ce point là-dedans. Oui, ce qui m'effraie et d'ailleurs, il est beaucoup question de peur dans Les nouvelles métropoles du désir. Où plutôt de terreur. Une terreur à la spatialisation calculée, mais ça, on ne le comprendra qu'à la fin, n'allons pas trop vite.

Voilà que je me perds une fois encore dans la contemplation de leur beauté - sublimation de la vérité urbaine.

Comme d'habitude chez Eric Chauvier, au commencement il y a le fait vécu, l'expérience. Ici, en centre-ville, un hipster se fait tabasser sans raison apparente par trois banlieusardes en furie. Eric Chauvier le suit dans un bar auquel j'aurais bien du mal à donner un qualificatif (on y passe des films sans le son, du tennis sans les bruits de balle, de la musique remixée plein pot et on y croise des gens super-lookés, ça vous dit quelque chose ? moi non, mais je suis un peu plouc et je n'aime pas la musique à fond). Dans ce bar, notre contemplatif contemple et dissèque, ou tente de disséquer, les comportements opaques d'ilôts d'humains branchouilles, tout en essayant vainement de commander une bière (ça c'est la running joke du livre). Viennent se greffer à sa contemplation pour le moins morne, des bribes de souvenirs, un apéro chez un ami d'enfance raciste, des ados qui manipulent des armes dans le bois d'un lotissement et bien sûr les trois furies.

Partout, domine l'impression que cette zone existe par défaut, telle l'antichambre d'une vie sociale qui serait ailleurs.

Parce que c'est ça en fait qui intéresse Eric Chauvier, essayer de comprendre ce qui a poussé ces trois filles à tabasser le gars qui ne faisait que passer. Il entame alors une réflexion "à la Chauvier", brouillant les frontières de l'histoire, de la géographie, de la sociologie et de la psychologie. Banlieue et péri-urbain (les abords, les périphéries) vs les centre-villes dans lesquels tout est calculé (y compris le look et les comportements de ses habitants) pour en faire ces "nouvelles métropoles du désir" dans lesquelles même les périphériques doivent ressentir une illusion d'appartenance construite et finalement factice. Bon, alors ici, on n'est clairement pas dans une grande révolution de la pensée, riches vs pauvres, la lutte des classes, le désir de posséder ce que la classe sociale "supérieure" possède, tout ça tout ça, on a déjà lu ça à toutes les échelles possibles, du local au mondial, de l'ancien à l'actuel. C'est bien fait, mais pas très nouveau.

C'est tout le problème : tout comme mon ami d'enfance, les trois furies détestent de façon viscérale ce qu'elles désirent. Seul le passage à l'acte les distingue.

Ce qui est bien plus intéressant par contre, c'est la façon dont Eric Chauvier met en lumière un processus de renversement de la terreur. Au passage à l'acte des trois furies (on peut y voir métaphoriquement tant de choses dans ce passage à l'acte terrorisant), il oppose la violence engendrée par la sophistication des hyper centres urbains et de leur faune (occidentale?). Par cette sophistication pleine, matérielle (les commerces, les marques, le look) ou immatérielle (la beauté), consciente ou inconsciente, la ville (contenant et contenu), qui accueille physiquement et s'abreuve de tout le sang qu'on lui injecte, renvoie à leur vide les "occupants des limbes", provoque le désir, suscite la détestation. Les plus chafouins me rétorqueront que tout ça n'est pas très nouveau non plus, pas très abouti et qu'il serait temps d'aller plus loin. Oui, certes, mais c'est quand même plutôt bien fichu.

Par leur comportement blasé, (les résidents épanouis des métropoles) appliquent les préceptes contenus dans l'étymologie du mot "territoire" : "droit de terrifier". Les êtres sexy qu'ils pensent être ici deviennent parfois monstrueux là-bas, dans l'outre-ville d'où émanent d'indistinctes menaces.

En fait, je pense que ce qui me bouscule là-dedans, c'est que ce qu'Eric Chauvier raconte m'est viscéralement étranger. Je vois ce qu'il veut dire, je fais les mêmes constats, je pense qu'il a probablement raison sur beaucoup de choses. Mais moi je ne fonctionne pas comme ça et je me sens démunie face à la vision du monde (des mondes) qu'il décrit, je ne les appréhende pas, je les vois, mais je ne les vis pas. Tout ça manque cruellement d'amour et de lumière. Les nouvelles métropoles du désir est glaçant, un cercle vicieux, car que reste-t'il à sauver ? Où est passée l'humanité ? N'y a t'il pas le moindre espoir d'esquisser une solution ? A quoi sert un livre s'il ne sert pas à fracturer nos propres impasses ? Si la réflexion qu'il engendre nous fait nous cogner aux parois du bocal ? Comment survivre à cet étouffement ? Là tout de suite, je ne vois pas. Sans doute une petite chanson douce ?

Ed. Allia

PS : je parcours après avoir écrit ce texte quelques critiques sur ce livre parues dans des revues des vraies, surgit alors le mot "Réjouissant". De l'hétérogénéité des perceptions.

Posté par AnneduPerigord à 13:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


17 septembre 2016

Chronique théâtre : Krach

de Philippe Malone.

Lire sans avoir besoin de lunettes c'est là

Chronique publiée initialement dans le numéro 26 de l'indispensable Revue Dissonances.

krachIl a fallu attendre quatre années pour entendre à nouveau l’écriture de Philippe Malone. Après la déflagration Septembres, Krach vient confirmer son immense talent. Un homme tombe d’une tour, réelle, métaphorique. Sa chute est disséquée – effets, causes, lutte perdue d’avance, solitude face au grand tout.

Publié chez Quartett, éditeur spécialisé dans le théâtre, Krach, texte des frontières, est pourtant inclassable. Ça commence comme un poème, une phrase

« que tu craches ou heurtes le mur ne cédera pas »

qui gonfle, se nourrit, se débat dans l’impuissance de la chute. Puis, en trois tables – des heures, des semaines

« 52 dont 46 produites & 6 chômées réparties comme suit : 4 été soleil huile bronzante maillot épilé Ricard mélanome »

et des années – Philippe Malone résume le quotidien et l’existence de l’homme lambda. C’est drôle et terrible, d’une lucidité ravageuse. La chute reprend et le texte se fait plus dense, moins oral, les étages défilent en ordre et en statut social décroissants. Et le sol de se rapprocher.

Dans Krach, l’écriture de Philippe Malone est identifiable dès la première phrase. Et pourtant, à chaque nouveau texte l’auteur réussit à réinventer son écriture. Après l’écriture du souffle dans Septembres, l’auteur s’essaie ici à l’écriture de la chute. Moins homogène, plus polymorphe, toujours surprenante, la voix de Krach enfle, s’arrête, digresse, explique et terrasse. L’auteur ose prospecter des territoires sans doute plus personnels, le texte s’en nourrit, diffuse l’angoisse sourde de l’étouffement. Et ébranle son lecteur.

Ed. Quartett

Posté par AnneduPerigord à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 septembre 2016

Chronique livre : Grosses joies

de Jean Cagnard.

 

Lire là où c'est bien classé

Chronique publiée initialement dans le numéro 27 de l'indispensable Revue Dissonances.

grosses-joiesUn chien traverse la page, il n’a rien à faire là, mais il est là quand même. Le lecteur s’en étonne et le narrateur lui-même

« C’est assez étrange la présence d’un chien sur un parking d’aéroport mais il y a des jours où les parois du monde se montrent particulièrement perméables ».

Donc le chien est là et ce n’est pas la seule singularité de ces Grosses joies au titre non usurpé.

Jean Cagnard signe, après son merveilleux roman L’Escalier de Jack, un recueil de nouvelles étonnantes. Les situations y sont somme toute banales : un voyage, un enterrement, une visite à la famille, une partie de pêche. L’auteur réussit à métamorphoser toutes ces historiettes. Le commun n’a ici pas sa place, il se trouve décalé, transfiguré, rêvé

« car il y a toujours quelque chose de surnaturel à se trouver au bord de l’eau où les petites joies deviennent mystérieusement de grosses joies »

Chaque texte déploie son univers unique de fausse simplicité, de vraie fantaisie, d’absurde drôle et léger mais surtout d’infinie mélancolie. Car il ne faut pas s’y tromper, derrière ce quotidien réinventé pointe à tout moment la violence, la mort, la solitude. Cet homme est rejeté par sa famille, cette femme par son mari, celui-ci perd son travail. A l’improviste, la phrase bifurque, détourne l’attention du lecteur, élude la tristesse pour mieux la révéler. En toute discrétion et avec une classe absolue.

Alors, le sourire aux lèvres et le cœur fissuré, on regarde à nouveau passer le chien. Cette fois-ci la bête est peinte en bleu et Jean Cagnard de nous murmurer

« Rien n’indique qu’elle en attend plus que ça de l’avenir ou même de l’humanité ».

Ed. Gaïa

Posté par AnneduPerigord à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 septembre 2016

Chronique livre : L'opticien de Lampedusa

d'Emma-Jane Kirby.

Lire là où c'est tout joli et bien rangé

 

L'opticien plante ses ongles dans la peau noire et visqueuse pour hisser le garçon à bord. De sa vie, il n'a jamais serré aussi fort la main de quelqu'un.

lopticiendelampedusaImpeccable, irréprochable, c'est ce qu'on se dit en posant avec émotion ce livre. C'est une histoire vraie, des paroles collectées par Emma-Jane Kirby, journaliste à la BBC. Mais ce témoignage, elle en a fait un livre, un roman. Le procédé pourrait être discutable, le résultat ne l'est pas. L'opticien de Lampedusa frappe juste.

Cet opticien donc, petit commerçant de son état, en fin de carrière, qui aime l'ordre et la précision, se trouve, avec sa femme et des amis, au coeur d'un drame absolu, le naufrage d'un bateau de migrants essayant de rejoindre les côtes de Lampedusa. Ils sont en mer, au petit matin, entendent des cris, imaginent des mouettes, découvrent des centaines d'hommes et de femmes, surtout des hommes, luttant contre la noyade. Ils en sauvent quarante-sept, sont contraints de s'arrêter là.

Ce qui intéresse Emma-Jane Kirby, au-delà du drame en lui-même évidemment, c'est la gestion intime de ces faits par ceux qui les ont vécus, les chambardements intérieurs qu'ils ont provoqués sur l'opticien et ses proches. Parce qu'il aura fallu à l'opticien d'être sur ce bateau pour comprendre et pour voir. Voir les migrants au-delà de silhouettes au bord de la route, au-delà de la baisse du tourisme qu'ils engendrent, voir et comprendre leur détresse, leur courage.

Il n'y a pas grande analyse politique apparente dans ce texte, au style sobre et lumineux, mais une volonté humaniste de donner à ressentir et à voir. Sans débordement, sans leçon, de manière factuelle et épidermique, l'auteur choisit la voie du vécu et du sensible, en évitant tout mélodrame. L'équilibre n'était pas évident à trouver et c'est par son écriture précise qu'Emma-Jane Kirby réussit à l'atteindre. L'opticien de Lampedusa constitue une véritable oeuvre littéraire, juste et touchante qui nous dit, avec subtilité, ouvrons les yeux.

Ed. Équateurs
Trad. Mathias Mézard

Posté par AnneduPerigord à 12:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 septembre 2016

Chronique livre : Sombre aux abords

de Julien d'Abrigeon.

Lire sur le blog bien rangé et tout propre.

Et qu'il n'y a que moi, ce soir, comme tous les soirs, pour prendre la radée.
C'est la loi du travail, la vie qui travaille.

sombreauxabordsC'est la France des sous-préfectures, des départementales, des périphéries et des zones commerciales, la France des mobylettes et des garagistes, celle où lorsque tu es ado, le BTS tourisme ou comptabilité constitue l'horizon de la réussite suprême, où tu traînes tes guêtres dans le bar pourri en face du lycée, où ta plus grande ambition est de rouler ta première pelle. Ce sont les habitants de cette  France dont on ne parle pas en littérature que Julien d'Abrigeon choisit de nous raconter au travers de dix textes rythmiques et percutants, organisés comme des chansons sur les deux faces d'un vinyle.

-Tu vis ici ?
-Non, j'y habite.

On est un monde de transition entre la ville et la campagne, entre les banlieues industrielles et les lotissements sécurisées, peuplé d'êtres en transition, entre l'adolescence et la vie adulte, entre l'honnêteté et la délinquance, entre la vie et la mort, au moment où tout bascule, où la route dévie, où la décision est prise que c'en est assez de toute cette merde, et que, peut-être on a droit à autre chose.

Texte d'impressions et de musique, long poème en prose éclatée, Sombre aux abords se lit à voix haute, pour faire se percuter les mots, s'entrechoquer les consonnes. Il n'y a pas de confort dans cette langue de la collision, pas de rédemption possible, pas de lumière en vue, juste l'aveuglement du désespoir. Si, dans les thèmes qu'il brasse, Julien d'Abrigeon creuse la rupture, l'équilibre brisé, la faille qui s'ouvre, il réussit à tracer des passerelles étonnantes entre ses différentes influences (citées à la fin du livre et auxquelles j'ajouterais le maître Claro dans ses textes les plus fous), des influences superbement hétéroclites, souterraines et surtout jamais envahissantes. Pas de doute, c'est un très très beau texte.

Ed. Quidam Editeur

Posté par AnneduPerigord à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Chronique livre : Sporting club

d'Emmanuel Villin.

Lire sur Racines... (Chroniques)
Là où c'est tout beau et bien rangé

C'est finalement malgré moi que j'étais devenu ce qu'on peut appeler un assez bon nageur.

sportingclubDans une ville en perpétuel chambardement, au bord de la Méditerranée, probablement Beyrouth, notre narrateur essaie vainement de croiser la route de Camille pour l'interviewer et écrire un livre sur la vie de ce mystérieux et charismatique personnage. Mais Camille se refuse, laisse traîner. Il ne reste plus à notre héros qu'à trainer ses guêtres dans la ville, lézarder sur un transatlantique d'un autre temps dans un club sportif d'un autre temps au milieu d'une ville qui accumule le béton à un rythme frénétique.

C'est intéressant et original ce petit roman indolent et cramé de soleil. Ca change. Ca amène ailleurs. Et c'est le gros point fort de ce joli livre, n'avoir finalement comme ambition principale que de nous raconter une petite histoire et de nous dresser en creux le portrait d'une ville tiraillée entre son passé et la pression du présent et de ses habitants. Suivant le rythme nonchalant et le regard légèrement décalé du narrateur, le style de Sporting club dégage une langueur curieuse et détachée. Des images persistent, un phare englouti progressivement par le béton, des murs qui s'effritent, un ciel hachuré de fils électriques, une projection en super 8 sur le toit d'une maison.

Il manque sans doute un petit quelque chose d'inexplicable pour avoir la sensation de lire une oeuvre complètement aboutie. Mais après tout, parfois, ce n'est pas si mal quand la porte reste ouverte.

Ed. Asphalte

Posté par AnneduPerigord à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2016

Chronique livre : Hiver à Sokcho

d'Elisa Shua Dusapin.

Lire sur Les Chroniques de Racines
(où tout est beau et bien rangé)

 

Il a tracé un parquet, les détails du futon, comme pour l'éviter elle, mais son corps sans visage réclamait la vie.

HiveràSokchoVoilà déjà quelques mois que je n'avais plus ululé de bonheur, sauté partout en criant "oui, oui, oui, encore", pleuré à chaque page en disant "mais que c'est beau" et tout ça, à la découverte d'une écriture nouvelle, d'un univers, d'une histoire. Et pourtant, Hiver à Sokcho est bien peu spectaculaire, du moins en apparence. C'est que cette jeune auteur réussit quelque chose de tout à fait magnifique, travailler sur la simplicité, le non-dit, le mystère. Ça pourrait être ennuyeux et glacé, c'est puissant et évocateur, traversé par des courants de vie, des lignes de force, le feu sous le givre.

Sokcho donc, ville portuaire de la Corée du Sud, pas très loin de la frontière avec la Corée du Nord. Un dessinateur français vient se perdre dans une pension déliquescente de la ville. Elisa Shua Dusapin met à mal très rapidement toute tentation d'exotisme. C'est l'hiver, tout est glacé et, à part les arrivages quotidiens de poissons et de poulpes, il ne s'y passe absolument rien. L'enjeu est ailleurs, dans cette collision entre l'employée de la pension, jeune femme franco-coréenne éduquée qui peine à se laisser enfermer dans la case qu'on lui a assignée et le dessinateur connu, plus de première jeunesse, qui vient d'une Normandie qu'elle se plaît à imaginer comme tirée d'une nouvelle de Maupassant. La collision d'un monde "nouveau", cette Corée tiraillée entre traditions et chirurgie esthétique, et d'un monde "ancien" qui pourtant ne ressemble déjà plus à l'image qu'on se fait de lui.

Il est donc question d'image dans ce roman, celle qu'on a de soi, celle qu'on sort de soi, celle qu'on veut capturer, celle qu'on aimerait être. Il est question de don et de partage, de la façon dont on communique avec l'autre par autre chose que la parole (le dessin, la nourriture réelle ou immatérielle). Il est question du corps et du désir, de traits, de frontières, il est question de tout ça et de bien plus encore. Mais ne cherchez pas d'explications ou de grandes tirades philosophiques ou psychologisantes. La grande force de cet Hiver à Sokcho c'est son incroyable simplicité, sa totale maîtrise, son économie de mots. Les phrases sont courtes, réduites au strict nécessaire, descriptives des gestes, comportements, frémissements et pourtant puissamment évocatrices et admirablement cinématographiques. Dire beaucoup avec peu, il faut avoir un talent immense et rare pour faire ça. Et beaucoup d'humilité. Elisa Shua Dusapin a 24 ans, c'en est donc d'autant plus sidérant.

Je suis très émue.

Ed. Zoé

Posté par AnneduPerigord à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2016

Chronique livre : La Magie dans les villes

de Frédéric Fiolof.

Lire sur Les Chroniques de Racines
(tout beau tout bien rangé)

 

lamagiedanslesvillesLorsque les temps sont durs, la fantaisie est un refuge. Le lecteur a pu profiter ces dernières années d'univers farfelus, poétiques, gentiment barrés, le plus souvent placés sous les figures tutélaires de Brautigan et de Michaux. Je pense plus spécifiquement aux jonglages lexicaux acrobatiques de Radu Bata et ses Mine de petits riens sur un lit à baldaquin, des personnages en marge de Jean Cagnard, le très joli Atlas des reflets célestes de Goran Petrovic, ou encore plus récemment le mignon bidule de Pierre Barrault, Tardigrade.

Le terrain est donc largement balisé, quelques motifs récurrents nous font sentir en terrain connu, mais pourtant, Frédéric Fiolof réussit quelque chose de tout à fait intéressant, délimiter sans jamais l'étouffer, son univers fantaisiste à la fois géographiquement (on est dans la ville) et socialement (on est dans la famille). Le livre est composé de courts paragraphes indépendants, très joliment écrits, dans lesquels notre narrateur nous parle beaucoup de sa famille, mais également de ses morts. Encore plus étrange voici qu'il se lance dans de grandes discussions avec sa fée (vieille et fort mal embouchée d'ailleurs). Ces textes, tout à fait agréables, révèlent un monde parallèle et quotidien, un regard décalé et planeur.

-Je t'aimais avec tes secrets, je t'aimerai sans tes secrets. Je t'aimais avec ton ombre, je t'aimerai sans ton ombre. Et digère qui pourra. D'ailleurs, ajoute-t-il, c'est vrai, sans secrets tu te sentiras sans doute plus légère.
Sa fille le regarde, elle a l'air inquiet.
-Pourquoi ? Tu me trouves grosse ?

Ce qui est intéressant dans le dispositif de "délimitation" mis en place par Frédéric Fiolof (ville/famille), c'est que progressivement il réussit à donner de la cohérence à ces fragments disparates, à dresser en creux le portrait de cette famille (moi, le fils qui démonte tout ce qu'il trouve, ça me fait vraiment poiler), et à se moquer gentiment de son héros. La majorité des textes se termine par une phrase de retour à la réalité, parfois brutal, qui vient contrecarrer les tendances extravagantes de notre narrateur. Sa femme, ses enfants, tout le monde s'y met, y compris la fée qui se révèle parfois pleine de pragmatisme. C'est à la fois drôle et efficace. Mais c'est aussi un peu effrayant. Si aujourd'hui même les fées nous clouent les pieds au sol, quel espace reste-t-il pour rêver ?

Ed. Quidam éditeur

Posté par AnneduPerigord à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 août 2016

Chronique livre : La grande eau

de Živko Čingo.

Lire sur Les Chroniques de Racines

Je n'ai pas le souvenir d'un autre endroit où l'enfance meurt si rapidement. Que je sois maudit s'il existe un autre lieu où l'on enterre aussi impitoyablement l'enfance.

lagrandeeauIl y a ce pays, ou peut-être un autre, sur lequel la guerre a déferlé, laissant derrière elle des orphelins qu'on se dépêche de parquer derrière de très hauts murs. Il faut leur apprendre à ces enfants, par tous les moyens possibles, l'ordre, le patriotisme et la morale, le tyran renversé pour le bonheur du peuple. Mais l'enfance a ses exigences et ses espoirs. Elle s'invente, invente des lieux de paix et de lumière derrière les murs, transforme les barrières en passerelles et un insignifiant bout de bois en figure consolatrice. L'enfance devient alors insaisissable, elle coule entre les doigts des bourreaux par la seule grâce du rire et de l'espoir. On ne peut pas maîtriser ce qui nous échappe.

mais vous comprendrez que l'homme a parfois envie de fuir l'ordre

Par le pouvoir de l'écriture, Živko Čingo oppose à la dictature de l'ordre et de l'obéissance le refus de la haine. Parsemant cette terrible histoire d'éclats de couleurs, de rire et d'espoir, son subtil jeu de mises en abyme et ses phrases heurtées, instables et répétitives, aussi insaisissables que l'enfance font naître la beauté parmi les ruines. Jusqu'au bouleversement.

Comment est-il possible que le fils de Keïten soit mort, (…) qu'il ne rirait plus. Que je sois maudit, son rire. Que deviendrait alors le jour, la nuit, le soleil, les étoiles, le vent, l'eau, tout, tout deviendrait sur cette terre silencieux et désertique.

Ed. Le nouvel Attila
Trad. Maria Bejanovska

Posté par AnneduPerigord à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chronique livre : L'innocent

de Christophe Donner.

Lire sur Les chroniques de Racines

linnocentCinquième et dernier roman lu dans le cadre du Prix du roman Fnac 2016, et pour être honnête une pointe de déception. Il n'y aura pas eu cette fois-ci de grand coup de cœur, comme le magnifique Bois Sauvage de Jesmyn Ward, ou encore le fascinant Autour de moi de Manuel Candré, lus dans des circonstances analogues en 2012.

Mais revenons au roman, largement autobiographique si j'ai bien compris, de Christophe Donner. En toute honnêteté, on sent tout de suite qu'on a un peu affaire à un patron. Christophe Donner maîtrise complètement son sujet, l'écriture. Il utilise pour cela des bribes de son apprentissage sexuel post-soixante-huitard. Petites saynètes, fragments de souvenirs, la masturbation intensive en fil conducteur, l'écrivain navigue de conquêtes en échecs masculins ou féminins, d'histoire en éclats, dans une galaxie de personnages dont il est bien difficile de se dépêtrer. Ca n'a pas grande importance, le plus intéressant étant l'écriture, et la manière dont Christophe Donner jongle avec la narration, du il au je, en passant par le nous et le on, au gré des souvenirs plus ou moins mouvants et de la manière dont l'auteur habite sa propre histoire.

Tout ça est très bien fait, aucun doute là-dessus. Mais, à part l'intérêt pour le portrait d'une époque de libération sexuelle assez débridée, et quelques pointes d'humour et d'ironie dans la description de ses personnages, j'avoue n'avoir pas vraiment réussi à m'impliquer là-dedans. Rien de spécial à lui reprocher, juste que vraiment, ce n'est pas mon truc, je n'avais pas grand chose à faire dans cette histoire.

Ed. Grasset

Posté par AnneduPerigord à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chronique livre : Ensemble séparés

de Dermot Bolger.

Lire sur Les Chroniques de Racines

ensembleseparesNon non et non. Impossible. Mais pourquoi ? Pourquoi le roman en lequel je croyais le plus dans les cinq livres reçus pour le Prix du roman fnac  se révèle-t-il bien plus que décevant ?

Parce que sur le papier, ça sentait plutôt très très bon : une bonne maison d'édition, un auteur irlandais qui a de la gueule et de la bouteille, un joli titre (du moins en VO, la VF aurait dû me mettre sur la voie du traquenard), une histoire comme on les aime mettant en scène des personnages cassés, ballottés entre leurs histoires et la grande Histoire. Bref, tout pour entamer confiant et avide la lecture de ce livre si prometteur.

Mais dès le départ, c'est compliqué. Ecriture cryptique et lourdingue (à moins que ce ne soit la traduction ou la lecture sur épreuves non corrigées), dialogues tout droit sortis des Feux de l'amour dublinois,

-Depuis que Sophie est partie, j'ai besoin d'espace pour commettre mes propres erreurs et découvrir par moi-même certaines choses sur moi. Ne peux-tu pas me dire que tu m'aimes (...) ? -Je ne peux plus vivre dans le mensonge, dit Chris.

(non mais franchement, au secours, à l'aide), structure et narration inutilement complexifiées. Le livre regorge d'ambitions et de bonnes intentions, navigue entre bluette, drame social, politique et économique, polar, roman d'apprentissage, mais échoue à peu près partout. A trop vouloir raconter, on s'y perd, les rebondissements sont parachutés comme c'est pas possible. Bref, c'est bien laborieux tout ça. Je suis allée au bout en serrant les dents. Ma prochaine Guinness, je ne l'aurais pas volée, je vous le dis.

Ed. Joëlle Losfeld
Trad. Marie-Hélène Dumas

Posté par AnneduPerigord à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2016

Chronique livre : Un ours qui danse

de Vincent Jolit.

Lire sur Les Chroniques de Racines

unoursquidanseTroisième livre lu dans le cadre du Prix du roman Fnac 2016, et tout de même jusqu'à présent j'ai vraiment du bol. Parmi les quatre cent et des brouettes romans de la rentrée littéraire de septembre, il doit y avoir beaucoup de déchets, et touchons du bois, je n'ai pas l'impression d'être tombée dessus. Si, tout comme les deux livres précédents de la sélection, Un ours qui danse n'a pas fait accélérer mon rythme cardiaque au point de hurler au chef-d'oeuvre, il se lit cependant avec plaisir et intérêt. Bref, c'est tout à fait honnête.

Abordant un sujet qui me semble finalement assez peu pris en charge par la littérature romanesque contemporaine, Un ours qui danse nous embarque malignement dans une histoire en creux de la danse moderne et contemporaine, depuis sa naissance au début du vingtième siècle, jusqu'à son utilisation aujourd'hui par une femme en quête de la réappropriation de son corps. Trois portraits, trois époques, trois motivations et finalement le même besoin d'acceptation, de soi, de son corps, de son passé, la même envie d'aller de l'avant, de ressentir, de vivre.

On suit avec intérêt donc ces trois histoires, notamment celles de Franz et de Fiodor, puisque dans ces deux récits, Vincent Jolit se place au coeur des bouleversements les plus importants de la danse au vingtième siècle (et de l'Histoire avec sa grande H, entre révolution et guerre mondiale), l'explosion du carcan classique par Nijinski, Diaghilev, Stravinski et bien d'autres à la veille de la première guerre mondiale, puis l'avénement du post-modernisme dans les années 50-60. Tout ça est rondement mené dans un style enlevé et agréable.

Le principal souci dans ce livre, c'est que justement, ce style enlevé et agréable, on a déjà l'impression de l'avoir lu cent fois, et avec un peu plus de maîtrise et de génie chez d'autres. D'autres qui sont d'ailleurs cités de manière explicite dans le livre, Echenoz et Carrère, excusez du peu. On pourrait aussi y rajouter Deville pour être un peu plus complet. C'est bien fait, aucun doute là-dessus, c'est très agréable, on se sent à la maison. Mais au niveau du style, du coup, on n'est pas franchement bousculé. On aurait également aimé un peu plus de passion et de ressenti dans la description de la danse, de ce que ça provoque dans le corps, dans les tripes. C'est abordé, mais c'est un peu sage, un peu littéraire, pas tout à fait à l'unisson de ce que fait vibrer la danse d'un point de vue viscéral chez le danseur, ou même le spectateur.

Rien de grave, Un ours qui danse pourrait trouver son public, amateurs de danse et de Télérama. C'est charmant, bien écrit, enlevé, tout à fait recommandable et sans faute de goût. Et puis prendre la danse comme sujet, c'est finalement assez ambitieux et casse-gueule pour qu'on puisse saluer la prise de risque.

Ed. Editions de la Martinière

Posté par AnneduPerigord à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juillet 2016

Chronique livre : M pour Mabel

d'Helen Macdonald.

Lire sur Racines (les chroniques)

L'autour avait empli la maison de sauvagerie comme un vase de lys l'emplit de son parfum. Tout pouvait commencer.

mpoumabel

Deuxième livre lu dans le cadre du Prix du roman Fnac 2016 et en attendant la lecture des trois suivants, M pour Mabel sera sans doute la surprise la plus inattendue du lot de cinq. Derrière son titre, sa couverture et son éditeur sur lesquels je n'aurais pas misé un kopek, M pour Mabel m'a en effet embarquée, surprise, déroutée.

Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le fait de ne pas vraiment savoir ce que je lisais. Biographie de l'écrivain T. H. White, essai sur la fauconnerie, autobiographie d'une période de deuil dans la vie d'Helen Macdonald, M pour Mabel se joue des genres. J'aime cette manière de considérer la littérature de manière globale, multi-directionnelle, comme un objet qui dépasse les frontières. L'auteur se moque des conventions, a plein de choses à nous raconter et le fait comme elle l'entend. Son cerveau crée des liens, des passerelles entre les choses, les êtres, la nature, la littérature et nous invite à la suivre. Tout ça est d'une immense liberté.

Plutôt bien traduit, M pour Mabel séduit surtout pour les scènes d'apprivoisement mutuel entre l'auteur et son rapace, Mabel. Sujet totalement exotique pour moi et grande découverte, cet apprentissage fascine. Helen Macdonald saisit le moindre frémissement de plume, le plus petit mouvement de bec de son autour, en même temps que ses angoisses et ses exaltations. On est également passionné par cette histoire de la fauconnerie qui irrigue le roman, surgissant de-ci de là et soulevant réflexions et prise de recul sur cette activité qu'est la fauconnerie et qui est aujourd'hui reconnu patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

Parfois un peu mal fichu, un peu longuet, M pour Mabel remporte pourtant sans aucun problème le bout de gras (ou plutôt de lapin), par son étrangeté, sa singularité, l'ouverture sur ces mondes inconnus. Franchement, une bien belle surprise.

Ed. Fleuve éditions
Trad. Marie-Anne de Béru

Posté par AnneduPerigord à 13:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 juillet 2016

Chronique livre : Vera Kaplan

de Laurent Sagalovitsch.

Lire sur Racines (Les chroniques)

verakaplan

Premier livre lu dans le cadre du Prix du roman de la Fnac 2016, Vera Kaplan fait partie de ces romans très perturbants pour le critique. Bien écrit, concerné, irréprochable, Vera Kaplan laisse peu de prises, d'aspérités auxquelles s'accrocher.

Basé sur une histoire vraie, aussi terrible que fascinante, le roman endosse la parole de Vera Kaplan. La jeune femme est belle, désirée, juive. On est dans les années 40, à Berlin. Pour sauver ses parents de l'enfer des camps, elle collabore avec la Gestapo et traque les Juifs qui ont réussi jusque-là à échapper aux nazis. Le roman commence par la parole du petit-fils de Vera qui découvre, après la mort de sa mère, l'existence et les écrits de sa grand-mère. Laurent Sagalovitsch utilise un procédé d'aller-retours entre le récit du petit-fils et les écrits de sa grand-mère, mise à distance/coeur de la bête.

Tout ça est bien fait, bien écrit, profond, délicat, pudique juste ce qu'il faut. Irréprochable donc. Mais du coup, on s'ennuie un peu. Face à la force du sujet, vertigineuse, on attend le vertige, pas la ouate policée d'une mise à distance trop prononcée. En déléguant la parole entièrement à ses personnages, Laurent Sagalovitsch semble un peu absent de son propre livre. Recommandable certes oui, mais sans ébouriffement.

Ed. Buchet/Chastel
Coll. Qui vive

Posté par AnneduPerigord à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2016

Chronique livre : Anguille sous roche

d'Ali Zamir.

Lire sur Racines...(les chroniques)

Oh, la terre m'a vomie, la mer m'avale, les cieux m'espèrent, et maintenant que je reprends mes esprits, je ne vois rien, n'entends rien, ne sens rien, mais cela ne pèse pas un grain puisque je ne vaux rien, (...)

anguillesousroche

Anguille sous roche permet au lecteur curieux de réviser sa géographie et ce n'est pas la moindre de ses qualités. Ali Zamir vient des Comores, il est jeune, très jeune même, et telle l'anguille, se faufile avec aisance dans la littérature en langue française, avec ce projet d'une grande ambition et d'une maîtrise tout à fait remarquable.

Une jeune fille se noie dans l'océan, elle s'appelle Anguille, et entre deux clapots nous raconte son histoire, ce qui l'a menée aux portes de la mort dans les eaux obscures où tant ont déjà péri. Dans un souffle, une phrase unique, Anguille affirme sa force et sa liberté de femme, envers et contre tous, la société, la famille.

Ce qui est magnifique dans Anguille sous roche, c'est cette langue unique, foisonnante, qui donne à entendre des voix peu entendues jusqu'à présent et qui ont pourtant des choses à dire et affirmer. Entre virtuosité échevelée et sens de l'expression populaire, Ali Zamir nous offre une langue fabuleusement colorée, vivante, une langue en mouvement. L'univers qu'il réussit à décrire ne manque pas d'intérêt non plus, personnages forts, tous remarquablement dessinés, géographie urbaine fascinante.

Mais ce qui met le lecteur KO, c'est clairement cette énergie qui dévaste tout, cette manière d'aller de l'avant, de "rentrer dedans" sans se poser de question. J'ai pensé souvent à la très différente mais tout à fait fabuleuse écriture d'Emmanuelle Bayamack-Tam, dans cette façon dévorante d'avancer,  ce raz-de-marée d'énergie et de force vitale qui déborde de partout.

Anguille sous roche est une magnifique découverte et une très bonne nouvelle pour la langue française, elle n'est pas morte, elle est vivante, elle bouge encore.

(...) mon père Connaît-Tout croit vraiment connaître tout (...)

Ed. Le Tripode.

Posté par AnneduPerigord à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Chronique livre : Last love parade

de Marco Mancassola.

Lire sur Racines...(les chroniques)

Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule.(...) La rave numérique en lieu et place de celle des corps.

lastloveparade2

A l'origine, c'est l'histoire d'un malentendu. Parce que vous voyez, musicalement parlant je suis plutôt du genre éclectique. Mais s'il y a quelque chose qui, non seulement me passe au dessus de la tête, mais qui aurait tendance à me pousser à m'abonner à Boules Quiès mag', c'est bien la dance, la techno, tout ce fatras de synthés et boîtes à rythmes auquel, soyons honnêtes, je n'y comprends nib.

Un malentendu donc, puisque j'ai acheté ce livre sur le nom de son auteur sans trop me soucier de son contenu. Et pourtant. Loin de fermer l'ouvrage dès la première page et la contemplation de ma monumentale bourde, j'ai persévéré. Remarquez bien que je n'ai pas eu trop à me forcer. Nom de Zeus, mais qu'est-ce qu'il écrit bien ce type (et mention spéciale au traducteur). Mais que c'est beau, et intelligent.

Last love parade, c'est donc à la fois un essai sur l'histoire des musiques électroniques et de phénomènes culturels associés (rave, clubbing et ecstasy pour être très caricaturale), mais également le récit de la vie de l'auteur, son amitié avec Leo, leurs pérégrinations à travers le monde à la recherche de la fête idéale. L'équilibre entre les deux récits est presque parfait. Mancassola réussit ses aller-retours entre l'observation à distance du phénomène électro et son expérience vécue du phénomène.

Ce qui est tout à fait magistral dans ce livre c'est sa manière incroyable de sentir vivre, vibrer la musique à travers les mots de l'auteur. Que ce soit dans l'analyse de la musique, du phénomène ou dans sa propre vie, l'auteur extirpe les rythmes, fait suer les phrases, magnifie la pureté d'un son, transe la littérature. Qu'on soit sensible ou non à ces sons, à cette culture (oui, parce que c'est vraiment un culture, mea culpa), on est happé par tout ça, on est amené à sentir, à ressentir plus qu'à comprendre. C'est un tour de force sensuel.

Last love parade exsude également une profonde mélancolie. Marco Mancassola replace autant que possible les évolutions des musiques électroniques dans l'Histoire, le contexte économique, social, politique. Le constat final, bien que sans amertume ni passéisme, est plein de nostalgie. Le dernier grand récit, celui du plaisir, approche de son crépuscule, dit-il. Les manifestations collectives de l'exultation des corps disparaissent avec l'avénement du numérique et l'individualisation de la société.

Essai historique, politique et sensoriel, Last love parade m'a fait découvrir un monde, lequel, même si je n'y appartiens pas un brin, mérite qu'on s'intéresse à lui. Intelligent, émouvant et sublimement écrit, ce récit par sa grande liberté intellectuelle et stylistique fait mouche.

C'est alors qu'elle est arrivée... Une vague de silence dense, stupéfait et idéal comme je n'en avais jamais entendu. La stupeur retrouvée du monde. La lumière de l'aube jaillissait, et j'étais un homme de trente-sept ans. Le silence recouvrait tout. C'était un son magnifique.

Ed. La dernière goutte
Trad. Vincent Raynaud

 

Posté par AnneduPerigord à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mai 2016

Chronique livre : Mourir et puis sauter sur son cheval

de David Bosc.

Lire sur Racines...(les chroniques)

Sans être tout à fait paranoïaque, je reçois comme des brimades personnelles bien des interdits, (...).

mouriretpuissautersursoncheval

On se souvient de David Bosc empoignant fougueusement la vie de Gustave Courbet, personnage lumineux et truculent de la peinture française, dans La Claire fontaine. Il revient ici, s'inspirant très librement de la vie d'une artiste espagnole.

Mais la nuit noire que j'aime tant, je sais qu'ils voudront la bannir à jamais, qu'ils combleront les espaces indécis, les zones sans maître ni destination.

On retrouve donc le goût de l'auteur pour la figure de l'artiste. Mais dans Mourir et puis sauter sur son cheval, David Bosc semble avoir choisi la voie de l'ombre plutôt que celle de la lumière. Sonia, l'artiste espagnole, meurt dès les premières pages, en se jetant nue par la fenêtre de l'appartement de son père. Le livre est constitué ensuite du journal de Sonia. La jeune femme est une sorte de double négatif de Gustave Courbet et ses élans de vie incontrôlables ne cadrent pas avec les codes de la société.

Il me semble que d'avoir toujours eu deux ou trois langues atténuait un peu pour moi la tyrannie du langage. Très tôt j'ai reconnu en lui le serpent qui entrave les tout petits enfants.

Sans doute moins immédiatement séduisant que La Claire fontaine, plus sombre, décousu et morcelé, Mourir et puis sauter sur son cheval regorge pourtant de fulgurances, de mystères, de pulsions débordantes, explosant dans  une écriture charnelle et sensorielle, qui, tout comme Sonia, résiste à l'enfermement de la définition et de la classification. Et ça, c'est forcément passionnant.

Ed. Verdier

Posté par AnneduPerigord à 19:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 mai 2016

Chronique livre : Vacances surprises

de Marc Bernard.

Lire sur Racines...(les chroniques)

vacancessurprises

Il s'en est fallu de très peu pour que je ne prenne pas la peine de vous parler de ce petit recueil de chroniques, écrites entre 1957 e 1960 par un lauréat du prix Goncourt bien oublié aujourd'hui.

Agréables et légers mais bien désuets ma foi, les courts textes composant Vacances surprises se lisent avec plaisir et sans douleur. Sans passion non plus.

Derrière Else il y avait une longue trainée de morts : sa mère,(...), dont la dernière carte que nous ayons reçue se terminait par ces mots: "...on vient me chercher".

Et pourtant, vers la fin du livre, s'immisce avec discrétion et pudeur quelques allusions au passé de la femme de l'auteur, d'origine juive, et seule rescapée de sa famille. Ce n'est pas grand chose mais éclaire le recueil et donne à son caractère "enjoué à tout prix" une saveur différente, plus touchante et profonde que ce que l'on aurait pensé au premier abord.

(...) les discours menaçants ne viennent pas jusque-là ; ils sont couverts par les rires, les chants et l'espoir dans un avenir où les peuples, tout fanatisme disparu, vivraient dans l'amitié.

Vacances surprises reste une petite chose. Mais en ces temps troublés, invoquer quelque chose de la tolérance, de l'amitié, du vivre ensemble en bonne intelligence, ce n'est pas trivial. Et ça ne devrait jamais l'être.

Ed. Finitude

Posté par AnneduPerigord à 20:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 mai 2016

Chronique livre : Toutes les femmes sont des aliens

d'Olivia Rosenthal.

Lire sur Racines... (les chroniques)

(...) c'est comment on héberge dedans une chose qui nous mange.

touteslesfemmessontdesaliens

Quand je serai grande je veux écrire comme Olivia Rosenthal. Non mais sans rire. Chaque fois qu'un de ses livres me tombe entre les mains, c'est un raz-de-marée émotionnel. L'univers de cet auteur me bouleverse, sa manière pudique d'en parler par des constructions littéraires hyper contrôlées m'enthousiasme. Voilà. Olivia Rosenthal c'est quelqu'un qui a tout compris de la puissance de la littérature et qui trouve mille chemins pour parler de choses profondes et intimes. C'est juste super beau.

Si ça se trouve, Mowgli est entre les mains, pendant presque toute la durée du film, d'un couple gay, traumatisme supplémentaire qui redouble et approfondit le drame dont il est la victime consentante.

Pour parler de choses aussi profondes que la féminité, la maternité, l'enfance, les questions de genre, de tolérance, d'abandon, Olivia choisit de décortiquer des souvenirs de cinéma : de la saga des Aliens, en passant par les Oiseaux pour terminer sur une incroyable dissection de Bambi et du Livre de la jungle. C'est absolument délectable, très intelligent, émouvant mais aussi d'un humour fin et puissant qui touche toujours juste.

Dès lors (...), on accorde sa confiance à des animaux qui prônent le chômage consenti et revendiqué, on lâche ses résistances, on se laisse aller à l'appel du corps, c'est-à-dire à l'homosexualité, à la prostitution, à la gloutonnerie et à la paresse.

Je ne m'appesantirai pas sur le fond. Olivia Rosenthal déroule de manière complétement limpide sa pensée. Il faut le lire. C'est formidable. Ce qui m'intéresse le plus ici, c'est vraiment la manière dont elle le fait. Le cinéma, mais sans doute l'art en général, sert de point de départ au développement de la réflexion. C'est l'étincelle, le catalyseur, le support. A partir des images et des histoires que d'autres mettent au monde, Olivia Rosenthal construit, adhère, rejette, tricote, détricote, fait émerger les briques de l'insconscient. C'est passionnant de voir ça à l'œuvre, ça ouvre des portes dans la tête et dans le cœur. C'est drôle aussi parfois, ce que je n'avais pas encore discerné dans l'écriture d'Olivia Rosenthal mais qui est ici tout à fait visible et ça sans jamais sacrifier à la profondeur.

Mais les enfants, eux, ne sont pas dupes. Ils pleurent quand Mowgli s'en va, ils perdent quelque chose qu'ils ne retrouveront pas, la fable s'éloigne, les animaux se cachent, la société reprend ses droits, l'ordre règne, les espèces se déchirent, le semblable appelle le semblable, l'éden est méconnaissable.

Hommage absolu au cinéma, essai passionnant sur le conditionnement, l'enfance, la féminité, la maternité, Toutes les femmes sont des aliens, comme ses fondements cinématographiques  ouvre, initie, révèle. Mise en abyme élégante et taquine.

Ed. Verticales

Posté par AnneduPerigord à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 mai 2016

Chronique livre : La Scie patriotique

de Nicole Caligaris.

Lire sur Racines ...(les chroniques)

lasciepatriotique-300x300

Très court roman de Nicole Caligaris, La Scie patriotique a eu les honneurs d'une réédition par Le Nouvel Attila. Excellente idée puisque ce texte n'a clairement pas pris une ride.

C'est la guerre. Une compagnie traîne à l'arrière, planquée dans une ville en ruine. Ils ont froid, ils ont faim et ils se demandent bien ce qu'ils foutent là. Pour tuer le temps ils jouent avec un chien et courent après les poules. Jusqu'au moment où, au bout de leurs réserves, ils bouffent le chien et la poule.

Le roman est très court donc, porté par un style détaché, nerveux, presque ironique alors que, progressivement, émerge l'horreur. Ces soldats qui n'en sont plus vraiment, pas d'ennemi, pas de bataille, pas d'uniforme, plongent du désarroi profond à la folie absolue. Nicolas Caligaris interroge mine de rien sur la fragilité de l'humanité. A partir de quand les barrières de la morale sont-elles tombées ? A partir de quand n'y a t'il plus de règles ? Quelle somme d'ennui et de violences accumulées sur les corps et dans les ventres déclenche la dérive ?

La Scie patriotique bouscule, malmène et interroge. Dès son premier roman, Nicole Caligaris a su s'imposer comme un personnage incontournable de la scène littéraire française. Merci au Nouvel Attila d'avoir réédité ce texte important et intemporel.

Ed. Le Nouvel Attila

Posté par AnneduPerigord à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 avril 2016

Chronique livre : La maison de vos rêves

de Martti Linna.

Lire sur Racines ...(les Chroniques)

lamaisondevosrêves

Parfois un bon petit polar venu du Nord, ça ne peut pas faire de mal se dit-on. Et puis la couverture (superbe) de celui-ci nous fait déjà voyager dans les forêts boréales finlandaises, parsemées de lacs glaciaires. On sent déjà l'odeur du pin et le froid qui nous brûlent les narines. Le mystère, la violence qui émergent dans cet écrin sauvage et inhospitalier, on devine un inspecteur mutique et tourmenté par ses propres démons en train d'essayer d'achever ceux des autres.

Mais en fait non.

Pas du tout même.

Alors visiblement, je vous déconseille fortement d'avoir un pépin en Finlande qui nécessiterait de faire appel à la police, parce que vous ne seriez pas hyper certains de voir votre problème résolu par des agents motivés. L'inspecteur en charge de l'enquête (une histoire de tentatives de meurtres sur  la personne d'un constructeur de maisons en bois) fait preuve d'un manque d'entrain tout à fait remarquable à aller creuser les pourtant nombreuses pistes qui s'offrent à lui.

Fossé culturel entre moi et la Finlande ou difficultés de traduction insurmontables, les raisons pour lesquelles cette histoire m'a laissée de bois sont sûrement nombreuses. Je n'ai pas compris grand chose à l'humour distancié de cet inspecteur qui passe beaucoup plus de temps à porter un jugement sur son entourage professionnel et personnel qu'à essayer de résoudre l'enquête. En fait, j'ai compris que c'était censé être drôle à peu près à la moitié du bouquin. Vous dire. On appréciera particulièrement la comparaison fréquemment répétée entre les personnages féminins et des races de chevaux finlandaises. Classe et délicatesse sont au rendez-vous chez cet inspecteur dont on peine à comprendre la ligne directrice et à discerner l'humanité.

Et pourtant, quel dommage. Parce qu'il y avait du potentiel dans cette histoire et ce décor. Quelle bonne idée, par exemple, ce village de maisons témoin en bois, perdu dans la forêt, rêve finlandais par excellence, solide, démontable et durable, solution à tous les problèmes de couple, à tous les problèmes tout court. Le village et les hommes qui lui donnent vie suivent des règles strictes de normes de qualité, étourdissantes de minutie et effrayantes de conséquences. Mais c'était sans compter sur le copeau qui s'échappe, la cheville plantée avec violence au mauvais endroit et au mauvais moment.

Il y a plein de bonnes idées dans ce livre, quelques personnages intéressants, mais le tout reste assez décousu et tout de même maladroitement écrit (traduit ? ça n'a pas l'air très évident à digérer le finnois). Culturellement et sociologiquement, c'est tout de même assez intéressant cette plongée dans la Finlande profonde. Mais, pas le même humour ou des attentes initiales trop éloignées du contenu du roman, je suis tout de même restée sur ma faim, en rêvant qu'on implante par exemple un Wallander-Branagh dans ce décor de maisons de rêve, dévoré par ses regrets et ses fantômes, impuissant face à la vengeance de l'opprimé. Oui, ça ça ferait un beau film.

Ed. Gaïa (polar)
Trad. Paula Nabais et Christian Nabais

Posté par AnneduPerigord à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 avril 2016

Chronique livre : La jeune Épouse

d'Alessandro Baricco.

Lire sur Racines (les chroniques)

Fais-moi goûter.

lajeuneepouse

Certains, qui se reconnaîtront peut-être, ont, de tous temps, moqué mon goût assez immodéré pour Alessandro Baricco. Mais voilà, je persiste et signe, Baricco fait définitivement partie des patrons de la littérature contemporaine. Il a ce génie de se réinventer à chaque fois, avec humour, plaisir, légèreté, gourmandise et fantaisie et pourtant de rester identifiable dès la première ligne.

La Jeune Épouse est un roman initiatique au féminin, ce qui n’est pas très courant finalement. Ici, les personnages, n’ont pas de nom, que des « titres », le Père, le Fils, la Mère… chacun a sa place dans cette famille et la Jeune Épouse n’en fait pas encore partie, promise au Fils qui  est parti et tarde à revenir. Dans cette famille non conventionnelle, la Jeune Épouse découvre des mondes inconnus et charnels, teste son amour et sa patience, bouscule ses habitudes et convictions. Tout comme le lecteur.

(...) il m'arrive de changer plus ou moins brutalement de narrateur, pour des raisons qui, sur le moment, me paraissent rigoureusement techniques et tout au plus banalement esthétiques, avec pour résultat manifeste de compliquer la tâche du lecteur, (...)

Car loin d’être un simple conte, La Jeune Épouse pousse à s’interroger sans cesse, brouille les pistes de la narration. Si tout le monde dans cette famille est à sa place, tout le monde a également sa place dans la narration en elle-même. Qui est en train de nous raconter l’histoire se demande le lecteur ? Car le narrateur change au gré des envies de l’écrivain, qui lui-même n’hésite pas à intervenir dans le cours de son histoire, à intégrer des éléments de son histoire à lui et à rebasculer ni vu ni connu dans le cours du récit initial. Tout ça dans un geste d'écriture d'une souplesse absolue, écriture qui se fait ambiguë, ambivalente, qui joue sur plusieurs tableaux avec plusieurs niveaux de sens différents. Mais comme c’est brillant et taquin ! Car l’écrivain (ou son double), n’hésite pas à se moquer de lui-même, à s'interroger sur sa propre démarche, à faire part de ses doutes, tout ça pour mieux affirmer sa totale liberté d'écrivain.

Moi je trouve ça beau, profond, léger, plein de vie et de plaisir, d'une virtuosité d'écriture implacable sans jamais être démonstrative. La grande classe.

Avec la langue, elle alla récupérer deux choses qui lui appartenaient et qui provenaient de son giron.

Ed. Gallimard
Trad. Vincent Raynaud

Posté par AnneduPerigord à 20:53 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2016

Chronique livre : Les invécus

d'Andréas Becker.

Lire sur Racines...(les chroniques)

Maman, la honte ne me quitterait plus, c'était ma punition, ma peine capitale, revivre toujours, ne jamais pouvoir mourir pour de bon.

lesinvecus

Il avait vingt ans il y a vingt ans. Et il y a vingt ans il a écrasé un piéton. Depuis le temps s'est arrêté. Enfin pas vraiment. Mais il continue de vivre et de revivre la scène de l'accident. Des éléments s'en échappent, viennent brouiller le réel. Quelques pièces de puzzle, des motifs et des scènes récurrentes, tout se répète, se construit pour mieux se défaire et se recomposer. Quelques personnages aux noms étranges passent (réels ou fictifs ?), insaisissables.

Le héros, disons l'homme plutôt, a vraiment du mal avec la réalité. On pense à quelques grands livres récents et leurs héros dont les pieds touchent avec difficulté le sol, le très beau Pas Liev ou encore la magnifique Femme d'un homme qui. Mais le lecteur a aussi parfois l'impression étrange d'être emprisonné dans un texte Nouveau roman sépia et légèrement décoloré, mâtiné de roman noir vintage.

Naître complètement relevait de l'impossible.

Il y a des scènes saisissantes dans Les invécus, l'accident bien sûr, mais bien d'autres encore qui bien vite se délitent pour se transformer en autre chose, puis autre chose encore sans qu'on ait vraiment compris comment on avait pu atterrir là. Par exemple cette scène de sexe qui en un seul mouvement se transforme en accouchement. C'est totalement étonnant de réussir à retranscrire quelque chose de la fluidité du rêve (ou plutôt du cauchemar) par l'écriture.

J'ai besoin d'une nouvelle grammaire sinon je n'irai pas plus loin, seul le conditionnel me permettrait de me glisser dans le dicible. J'écrirais des phrases avec des majuscules au début et des points à la fin, avec des mots, des vrais enfin. On me l'aurait conseillé.

Dans les précédents romans d'Andréas Becker, il y était perpétuellement question de la recherche d'identité. Les invécus continue à creuser ce sillon, la recherche de soi à travers l'écriture et la naissance de l'écriture à travers soi. Laissant de côté ses prouesses lexicales sans pour autant affaiblir sa puissance stylistique, l'auteur creuse, fouille, déterre, explose, réunit, invoque encore et encore telle scène, tel détail, tel motif. Et c'est l'écrivain qui naît, grandit, mûrit, s'invente sous nos yeux. Moi je trouve ça beau et touchant.

Ed. Editions de la Différence

Posté par AnneduPerigord à 19:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2016

Chronique livre : City on fire

de Garth Risk Hallberg. 

Lire sur Racines... (les chroniques)

cityonfire - copie

Il paraît donc que c'est le roman le plus cher de l'histoire. Mais ça je ne le savais pas en l'achetant. Tout simplement séduite par le titre, la couverture, le papier bible et ces inserts bizarroïdes dans le cours du roman. Acheté donc en se disant que je n'aurais de toutes façons jamais le temps de lire une telle pavasse. Presque mille pages et des pages assez denses.

Aussi denses que cette histoire, ses dizaines de personnages, ses intrigues emmêlées, imbriquées, ses ramifications multiples. Et c'est tout le talent de la littérature américaine qui se dresse au travers de ces personnages tous plus ou moins déglingués. G. R. Hallberg a sans aucun doute lu tous les bons livres et réussit à faire exister ses personnages, du principal au figurant d'arrière-plan, de manière convaincante. On s'attache à toute (ou presque, le frère démon brrrrr) cette galerie de portraits, du journaliste alcoolique, au flic cabossé (au sens propre, polio), en passant par l'ado perdu et la mère hantée par son passée.

Et puis il y a aussi ces scènes, quelques-unes, qui émergent du magma, dans un état de grâce absolu. Durant ces scènes, pas besoin de paroles inutiles. L'auteur se contente de décrire ce que font ses personnages, juste leurs gestes et leurs hésitations. Par exemple cette scène magnifique dans laquelle la mère de famille, hantée par l'avortement qu'elle a subi lorsqu'elle avait 20 ans est tentée de projeter sur un adolescent perdu les fantômes de son passé et finit pourtant par s'en détourner, choisissant la vie, le futur, plutôt que le repli sur soi. C'est beau, pudique, tout en retenu. Allez, il y a même quelques éclats de Richard Yates là-dedans. Mais un Richard Yates sous amphéts et cocaïne qui aurait eu bien du mal à contenir son récit dans une volumétrie modérée.

Alors City on fire, un chef d'oeuvre ? Certainement pas. Le roman est bourré de défauts, trop long, digressif à mort, bordélique. Et pourtant. Par sa construction complètement éclatée (il faudrait s'y pencher scrupuleusement, mais tout de même difficile de remettre tout en ordre et de comprendre exactement le schéma suivi par l'auteur), City on fire semble ressusciter quelque chose de l'atmosphère de l'époque, ce New York de la fin des années 70, libre, rebelle, artiste et pourtant manipulé (déjà) par la grande finance qui dessine son futur à coup de déclarations d'insalubrité et d'incendies criminels.

Malgré son épaisseur et ses côtés foutraques, City on fire est pourtant difficile à lâcher. Rien à dire, ils sont forts ces ricains pour faire naître des personnages et des scènes absolument inoubliables.

Ed. Plon (Feux croisés)
Trad. Elisabeth Peellaert.

Posté par AnneduPerigord à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :