d'Eric Pessan.

Lire là où c'est tout bien rangé.

 

Parfois les libraires font bien leur travail et choisissent comme "livre du mois" une vieillerie de quinze ans (douze pour l'édition poche en ma possession, exhumée probablement des caves de l'éditeur vu l'odeur). Soit le premier roman d'Eric Pessan, L'effacement du monde, ou comment transformer toutes les relations ambiguës que l'on tisse avec la langue et les mots en une matière romanesque profonde, drôle, angoissante et sensible.

Notre personnage, père de famille et homme au foyer perd progressivement la capacité à comprendre ce que lui disent les gens, à parler, mais également à lire. Tout se brouille, se fond, s'estompe. Son monde se dissous. Au lieu de se dire qu'il a quelque chose qui cloche, il se dit que c'est le monde qui a quelque chose qui cloche. Il camoufle son état le plus longtemps possible.

Eric Pessan réussit à injecter dans son histoire, ou plutôt à élaborer son histoire autour des questions sur la langue. Comment cette chose immatérielle qu'est la langue se révèle être finalement le socle du monde matériel ? Comment sa disparition provoque t'elle la dissolution du monde ? N'y a t'il donc rien d'autre que les mots pour communiquer et créer des liens avec les autres ? Et c'est bien la grande réussite de ce livre, la prise en charge de questions fondamentales autour de la langue mais fondamentalement rêches, en un roman, subtil, intelligent, plein de suspens, à la langue parfaitement maîtrisée. Merci donc aux libraires qui font bien leur métier et font vivre les livres sur la durée.

Ed. La Différence.