de Maëlle Levacher.

Si toi aussi, tu es un peu miro, tu peux aller voir par là.

Il est des crises dans la livraison, des affolements, des accès de fièvre que l'hyène ne s'explique pas. Des vivants mâchent son travail et lui expédient force colis chargés de restes indifférenciés d'une quantité indénombrable de défunts. Consciencieusement, l'hyène accomplit sa tâche, mais son palais carnassier n'apprécie guère une bouillie de cendres et de savon.

Un jour, on t'adresse un livre, aussi peu épais que la notice de montage d'un meuble en kit. Négligence, manque de temps, distraction, fatigue des mots écrits, empilement compulsif de strates cellulosiques épaisses, le livre disparaît dans les profondeur d'une pile à lire déraisonnable. Et puis, parce que parfois, parce que c'était lui, parce que c'était toi, le livre réapparaît et n'a finalement pas grand chose à faire pour s'immiscer avec évidence entre tes yeux et le cinquième tome de Game of thrones/le dernier Connelly en VO/le Roi Stephen ad lib. Tu te souviens alors de l'intelligence du message que l'auteur t'avait adressé et tu te maudis de n'avoir pas ouvert ce livre dès le pas de ta porte.

Étonnant voyage aux frontières de la mort que propose La veillée de l'hyène. De la poésie ? peut-être. Des fables ? sans doute. Mais quelques soient les situations, la morale sera unique : voyageur, au-delà, il n'y a rien. La hyène donc, symbole de la mort, du néant, capable de tourner en dérision et de croquer tout cru Cerbère, les poètes, les marmots et (oh nan pas eux !) les chatons mignons. Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance, dit Dante. Ici ? mais il n'y a pas d'ici dans lequel entrer, réplique la hyène, une fois que j'en aurai terminé avec vous, de vos os il ne restera rien (sauf peut-être si vous êtes un cheval, mais chuuut, la hyène n'aimerait probablement pas qu'on lui mette le nez dans ses contradictions).

Au travers d'une vingtaine de saynètes, Maëlle Levacher met en scène sa hyène face à différents protagonistes, du pauvre prétentieux Jean-Jacques, au divin Dionysos. L'hyène, hirsute et carnassière, a la constance volatile. Elle ironise et boulotte, sans distinction, s'immisce dans la mythologie et dans l'Histoire, et joue avec ses proies au sort inéluctable. Il n'y a pas de logique dans ses choix, juste la certitude de la fin.

Subtil et intelligent, aussi taquin que parfois agaçant, La veillée de l'hyène se révèle d'une originalité et d'une liberté folle. L'écriture puise dans le classicisme mais fait preuve d'une vraie modernité dans son irrévérence. En un mot comme en cent, il faut le dire, c'est super bien écrit. Et ça fait un bien fou.

Ed. Cardère