de Michael Connelly.

plomb_nb450

Si t'as pas peur d'ingérer du plomb, clique.

Yes ! Après deux aventures Boschiennes un peu molles du genou (Echo Park et A genoux), Connelly revient en mettant en avant le héros de son dernier très bon roman (La Défense Lincoln), Michael Haller, avocat fouineur à la morale douteuse. Bosch reste présent en arrière plan, et c'est extrêmement malin de la part de Connelly, tant le capital sympathie envers le discutable Bosch est fort. Malin également l'argument : Haller sort d'une année sabbatique pour cause de désintox, et se retrouve du jour au lendemain en charge des nombreuses affaires d'un de ses collègues, abattu dans sa voiture. Parmi ces affaires, une attire le regard de tous les médias : l'affaire Walter Elliott, un riche producteur de films, accusé d'avoir tué sa femme et l'amant d'icelle. Obligé par son client à ne pas ajourner le procés, Haller se voit contraint à aller de l'avant, de foncer dans le tas pour bâtir une défense béton pour son client.

Comme lui, le lecteur se retrouve pris dans la spirale de l'enquête, avec une seule idée en tête : trouver l'argument miracle permettant de faire libérer Elliott. Focalisé sur cet objectif, le lecteur est manipulé tout comme Haller le sera dans cette histoire, simple pion dans les mains d'une juge véreuse, d'un client futé et d'un flic bourru. Et c'est ça qu'on demande à un bon polar, être malmené, et bousculé dans tous les sens, par un auteur à l'imagination plus fertile que la nôtre. C'est ici chose faite. On pourra regretter que Connelly fasse de moins en moins d'efforts pour écrire un peu mieux qu'un pied, et la traduction m'a paru de ci de là franchement bâclée. Le Verdict du plomb reste un bon cru connellien, difficile à lâcher.

Michael est de retour, alléluia.

Vers le sommaire