Bon bon bon, voila, Richard G. a eu la malice de me glisser dans une de ces chaînes bloguiennes délicieuses, irritantes et égocentriques. Il faut que je vous dévoile cinq choses que vous ignorez de moi. Comme c'est dans la droite ligne de la photo de ce soir, et pour le plaisir sadique et incommensurable de désigner de nouvelles victimes, je me prête au jeu. Et hop, c'est parti !

moije
"Moi", 2007, oeuvre picturale réalisée par Moi, inspirée par Moi, photographiée par Moi


- Je suis une petite nature. Toujours un peu fatiguée, toujours un peu patraque. Un mont de maux. Rien de grave, enfin pas souvent, mais plein de petites emmerdes qui me polluent la vie. Je me réveille toujours crevée. Bref, un sérieux manque de punch quoi.

- J'ai un rapport différent au cinéma et aux livres. Quand je sors d'une salle de cinéma, je suis gonflée à bloc. J'ai vampirisé toutes ces vies vues à l'écran, je me sens bien, je me sens belle (et ça n'arrive pas souvent), je flottille dans des sphères aériennes et légères. Mon rapport aux livres est beaucoup plus charnel. Odeur, douceur du papier, ils m'accompagnent partout, jusque sur l'oreiller. J'aime m'endormir, la main sur le livre que je lis. C'est ma famille, mon soutien, mon compagnon. Finir un livre est pour moi un abandon, mon amour me quitte. Et je vis très mal les ruptures.

- Je suis une vraie timide qui se soigne. J'ai profondément peur des gens. Peur de ne pas dire ce qu'il faut, peur de ne pas comprendre comment il faut agir. Fût un temps où acheter une baguette de pain était proche du cauchemar. Je vous rassure, ça va mieux, même si c'est toujours là. Paradoxalement, bien adrénalinée, je suis plutôt à l'aise quand il faut parler en public. Allez comprendre...

- Euh non, ça quand même, je peux pas le dire.

- J'ai de grosses poussées de misanthropie. Quand je suis crevée, pas d'humour, j'éxècre les gens. Ils n'existent que pour m'emmerder. Dans la rue, ils marchent doucement exprès pour me mettre en retard. J'ai des envies de meurtres, des poussées violentes. Leur bruit m'est insupportable, leur odeur me donne la nausée. Je ne vous parle même pas des gosses dans les trains, toujours à brailler, des utilisateurs de portables qui racontent leur vie. Dieu n'existe pas, l'humanité en est la preuve.

- Je viens de finir de tricoter ma première vraie écharpe. J'ai mis plein de franges, on dirait un poulpe, elle est immonde, je l'adore.


P... ce que c'était long ! Gnark, reste maintenant la partie la plus succulente : la désignation des victimes de la malédiction de la chaîne.
Gols m'ayant opposé un refus poli mais sans retour (comme la rivière), je ne lui demande pas (mais un peu quand même).
Stéphanie, Stéphanie, Stéphanie, voici l'heure d'assouvir ton narcissisme, comme j'ai assouvi (pour très longtemps !) le mien.
Phaéton : bienvenue dans la cour de grands.
Aline : je ne t'oublie pas.
James : promis, ce n'est pas de la persécution !
Isabo : belle Isabelle, avant ton dédoublement, tu peux nous en dire un petit peu plus sur toi ?
Le Libraire : parce que sinon, il va me faire la gueule ;)

Et tous ceux qui veulent (Olico, , Dam, Djiwôm, Sylvain, Jeanne, Mememad, Benj, Michel, Lilipuce, Bruno... j'en oublie forcément!)